Blacklist – ou comment se brouiller avec tout le monde quand on fait de la recherche sérieuse

Et boum! Ca n’a pas manqué. Quelques jours après la mise en ligne du dossier Sagascience/CNRS sur le nucléaire, les réactions affluent. La dernière – et pas la moins virulente – vient d’une association, l’Observatoire du Nucléaire, qui accuse le CNRS de « tromperie ». A la lecture du communiqué de presse, je ne peux pas m’empêcher de repenser à la formule de F.: « je sais que je fais de la bonne recherche quand je suis sur la liste noire des pro ET des anti. » Là, en l’occurence, il s’agit d’un dossier grand public, pas d’un papier de recherche. Mais je reste médusé devant la violence des formulations, qui pour beaucoup, sont imprécises, partisanes voire carrément fausses. Un exemple. Il n’est pas possible de connaître officiellement la provenance de l’uranium utilisé en France (si je me trompe, chère hypothétique lectice, cher hypothétique lecteur, merci de me le faire savoir). Seule exception: suite au documentaire de Laure Noualhat (Déchets, le cauchemar du nucléaire), une commission parlementaire a demandé et obtenu d’avoir les chiffres pour 2008. Voici à quoi ressemble la carte (© votre serviteur):

Carte_Minerai_Conversion_OK

Sur la carte, le Niger est le deuxième fournisseur de la France. Mais le premier est le Canada et il y a fort à parier que depuis, le Kazakhstan a pris sa place… On n’est pas tout à fait ici dans ce que décrit l’article: « Le CNRS met ensuite en avant, pour justifier l’option nucléaire, « la diversité géographique et politique des pays producteurs d’uranium », oubliant délibérément que, depuis 40 ans, la France utilise prioritairement l’uranium du Niger qu’elle s’accapare à un tarif dérisoire grâce à une véritable politique néocoloniale ».

Je vois dans cet exemple une illustration de la difficulté qu’il y a à faire de le recherche en sciences sociales sur le nucléaire: nous ne pouvons jamais nous permettre d’avancer quelque chose qui ne serait pas infiniment pesé, abouti, assis sur des faits indubitables. A contrario, d’un côté comme de l’autre, on arrive assez bien à s’abstraire des faits, des références, des preuves quand on parle du nucléaire en société. Tout cela nous rend très impopulaires, du côté des pro- comme du côté des antinucléaires. Et vraiment très suspects.

7 commentaires

  1. everd Said,

    janvier 13, 2013 @ 18:37

    Je comprends bien que les données ne sont pas disponibles mais est-ce que tu as une idée du poids du Niger dans l’approvisionnement de la France dans les 40 dernières années, à part depuis 2008?
    Je trouve que ce que tu dis correspond bien de toute façon aux réactions qu’on rencontre dès que l’on entre sur la scène médiatique. J’ai reçu des tombereaux d’injure une fois lors d’un entretien de qqs lignes dans Libération. Et une autre fois, j’ai reçu des menaces de nature politique au Liban par des gens qui n’avaient strictement rien compris à mon propos, parce que j’étais français.

  2. everd Said,

    janvier 13, 2013 @ 18:45

    PS : mais au fait, à quel degré es tu impliqué dans ce documentaire du CNRS, au delà de cette carte?

  3. Rj Said,

    janvier 13, 2013 @ 22:01

    Non, je ne sais pas pas du tout quelle proportion cumulée de l’uranium utilisée en France vient du Niger. Les chiffres existent sûrement mais ne sont pas nécessairement publics. C’est précisément le sens de mon intervention: que le Niger soit important, c’est une évidence. Que l’uranium utilisé en France en vienne « prioritairement », je n’ai aucune donnée pour le démontrer. Par ailleurs, je ne suis pas l’auteur du documentaire, j’ai fait quelques remarques sur les ébauches éditoriales de certaines parties qui m’avaient été soumises. Et la carte m’est personnelle – elle n’est pas dans le documentaire!

  4. everd Said,

    janvier 16, 2013 @ 17:57

    j’imagine que tu vas apprécier ce rebond: http://www.rue89.com/rue89-planete/2013/01/16/fukushima-le-cnrs-tait-la-verite-et-domestique-les-masses-238627 même s’il n’est pas dans ton propos…

  5. everd Said,

    janvier 16, 2013 @ 17:58

    ps : je n’avais pas lu ton billet sur les dragqueens transnucléaires : intéressantes réflexions. d’où vient la photo d’ailleurs?

  6. Rj Said,

    janvier 16, 2013 @ 18:02

    Du site web de Nuclia Waste!! :-)

  7. Rj Said,

    janvier 16, 2013 @ 18:02

    J’ai vu, oui.

RSS feed for comments on this post